11 mai 2020
par Rémi
0 Commentaires

Quelques nouvelles

Une réunion s’est tenue mardi dernier en visio.

Nouvelles du Maroc :
Tout est à l’arrêt. Le confinement est décrété jusqu’à la fin du mois de mai mais tout va bien à Fint.

Nouvelles d’Haïti :
La pandémie du Coronavirus s’ajoute à la crise politique et économique. Le virus est
présent depuis 2 mois mais le nombre de victimes semble limité : une dizaine de morts, une centaine de contaminés. Est-ce le comptage qui serait peu fiable ou bien cela pourrait-il s’expliquer par la jeunesse de la population comme en Afrique ? Mais le pays est en grande souffrance et la population vit dans l’insécurité.
Des groupes armés empêchent l’accès à certains quartiers. Les prix des produits de première nécessité sont en hausse et on craint la famine. Tout est à l’arrêt, l’aéroport est fermé, mais les gens ne peuvent pas respecter le confinement. Les logements sont exigus et il faut sortir pour vivre et se nourrir…
Les écoles sont fermées et on n’annonce pas de reprise pour le moment.

Toutes les manifestations ont été annulées ce qui représente pour nous un manque à
gagner. Nous avons actuellement une cinquantaine d’adhérents qui ont renouvelé leur adhésion.

Nos actions :
- Nous maintenons notre Marche Solidaire, le dimanche 27 septembre, qui pourrait s’envisager dans le respect des règles sanitaires.

27 mars 2020
par Rémi
0 Commentaires

Nouvelles de notre projet de Fint au Maroc

Cette année 37 jeunes filles scolarisées en collège ou lycée, sont accueillies à l’internat de Ouarzazate. Vingt d’entre elles bénéficient de notre aide. Pour les autres, le financement est assuré par les familles.
L’association Alwaha, notre partenaire, est toujours très active. Elle a démarré l’année dernière le préscolaire équivalent maternellle chez nous, pour une vingtaine d’enfants accueillis 2h30/jour, et l’aide aux devoirs pour 88 enfants, le soir avec une assistance. Pour cette action, l’association a décidé de construire un nouveau local moins éloigné. Un terrain est acquis et des plans et une estimation sont à venir. L’association a sollicité notre aide pour ce projet.
Quant au pont, pour relier les deux parties du village et le désenclaver, il a bien été construit. La réception a eu lieu en octobre dernier.

14 mars 2020
par Rémi
0 Commentaires

Projet de lutte contre le travail domestique des enfants en Haiti

Avec un financement du Gouvernement canadien, l’UNICEF coordonne la mise en œuvre du « Projet de lutte contre le travail domestique des enfants ». Plusieurs partenaires participent à ce projet dont l’Organisation Internationale du Travail (OIT) et l’Institut National de Formation Professionnelle (INFP) qui implémente le volet formation professionnelle dans trois départements du pays, le Sud, la Grand’Anse et l’Ouest.

Ce projet de lutte contre le travail domestique des enfants vise à mettre en œuvre des interventions relatives à la prévention des situations d’exploitation, au développement de mécanismes de protection et de prise en charge pour les enfants à risque ou victimes de négligence, d’abus, de violence et d’exploitation. Il vise aussi à pourvoir à l’accompagnement des enfants placés dans les ménages comme travailleurs domestiques à vivre leur enfance dans le plein respect de leurs droits, et, pour ceux en âge de travailler, d’exercer une activité professionnelle respectueuse de leur développement et des règles du droit du travail.

La formation a permis de toucher une première promotion de près de de 834 jeunes dont 300 de la Grand ‘Anse. Le programme vise à terme à former 1,700 jeunes dans les trois départements ciblés par le projet. Les séances ont portées sur trois filières principales dont la plomberie sanitaire, la coupe couture, les techniques agricoles et d’élevage. Les jeunes ont suivi au total plus de 200 heures de cours, le minimum requis pour obtenir le certificat de l’INFP. Des outils ont été remis aux jeunes gradués pour qu’ils puissent démarrer leurs activités.

24 février 2020
par Rémi
0 Commentaires

Nouvelles de l’école de Bel Air en Haïti

Il semble que les choses se calment un peu. Mais la situation économique et politique est catastrophique. Ainsi, les élections n’ayant pas eu lieu en novembre du fait des événements, la quasi totalité
des parlementaires ont vu leur mandat se terminer de fait, ce qui confère au président Jovenel Moïse la possibilité de gouverner par décret et on craint une dérive dictatoriale. Il a promis de réaffecter le budget du parlement à la construction de 10 lycées….

Nouvelles de l’école Bel Air à Léogane :
Après deux semaines d’arrêt, l’école a repris et aujourd’hui elle va bien. 98 élèves sur 105 sont présents. Harry passe 1/ semaine pour superviser l’école. Marcia la directrice est satisfaite.
La pépinière : 2000 plantules sont en pépinière, 2500 ont été distribuées aux parents qui sont très contents et participent activement à tour de rôle, à l’entretien, de 8h30 à 13h00 pour une rémunération de 1/2 €. Brunel se charge du bricolage et des achats pour la pépinière. Ils ont besoin de sable, de fumier et d’engrais. Il faudra aussi renouveler le bail du terrain fin 2020.

5 février 2020
par Rémi
0 Commentaires

Question de la gestion de l’eau au Maroc

Saâdeddine El Othmani, Chef du gouvernement, planche devant les députés, ce lundi 27 janvier 2020. Il abordera le sujet relatif à la gestion de l’eau dans le royaume, notamment le programme national 2020-2027, initié par le roi Mohammed VI, et dédié à l’eau potable et à l’irrigation.

À l’occasion, il s’agira pour le chef du gouvernement de répondre aux préoccupations des députés sur la matérialisation de la vision royale d’une stratégie hydrique efficiente pour le royaume, fait savoir Le360.« La feuille de route contient notamment les financements. Il reste à savoir si El Othmani et son équipe sauront parvenir à assurer au Maroc une meilleure gestion de l’eau », murmure-t-on au sein du Parlement.D’un investissement global de 115 milliards de dirhams, le programme national 2020-2027, dédié à l’eau potable et à l’irrigation, est une initiative émanant du roi Mohammed VI.

Le souverain a d’ailleurs présidé, la semaine dernière, une séance consacrée au financement de ce projet. Ses principaux axes portent sur l’amélioration de l’offre hydrique, notamment par la construction de barrages, la gestion de l’eau dans le secteur agricole, l’approvisionnement des zones rurales en eau potable, ainsi que le traitement des eaux usées pour l’irrigation des espaces verts, est-il précisé.
source : https://www.bladi.net/gestion-eau-maroc-el-othmani,64054.html